La location saisonnière s’est professionnalisée (2024)

Les annonces de particuliers restent majoritaires. Mais le chiffre d’affaires des plateformes doit beaucoup aux investisseurs immobiliers.

Bienvenue chez Marie, Alice, Gustavo, Anne et Jean-Michel… Depuis ses débuts, Airbnb a fait de ses «hôtes» ses meilleurs ambassadeurs. Sur la plateforme, comme sur celle de ses concurrents (Booking.com en tête), des dizaines de milliers de particuliers proposent de louer tout ou partie de leurs logements en courte durée. Ils donnent à la location saisonnière tout son cachet. Pourtant, dormir chez l’habitant est loin d’être garanti. Investir dans la location touristique est en effet devenu un business lucratif qui s’est nettement professionnalisé ces dernières années.

« Les plateformes aiment bien dire que la très grande majorité des annonces émanent de particuliers, explique Véronique Siegel, présidente de l’Umih Hôtellerie française. C’est vrai. Mais les réservations se font bien plus chez des professionnels qui mettent des logements à la location toute l’année. »

«Des hôtels déguisés»

Ce sont des structures organisées: des investisseurs achètent plusieurs biens, parfois même des immeubles entiers. « Cela devient des hôtels déguisés dans lesquels il n’y a aucune réglementation (normes d’accessibilité aux handicapés, sécurité incendie…), déplore Véronique Siegel. Ces sociétés utilisent des failles juridiques et font de l’hôtellerie sans en avoir les contraintes. »

À lire aussiJeux olympiques: les copropriétaires peuvent-ils s’opposer à la location saisonnière?

Selon une étude commandée par Airbnb, 8 % des meublés de tourisme seraient loués une grande partie de l’année (au-delà de 120 nuitées, le seuil légal à partir duquel on ne peut plus louer sa résidence principale). Les plateformes ne souhaitent pas donner davantage de chiffres. Mais elles ne se contentent plus des locations occasionnelles de particuliers pour continuer à grossir. « Aujourd’hui, l’essentiel des annonces est géré par des conciergeries et des agences immobilières et non plus par des particuliers en direct, constate Vanessa Heydorff, directrice générale de Booking.com France. Il s’agit tant de biens appartenant à des propriétaires simples qu’à des multipropriétaires. »

Apéros pour des investisseurs immobiliers

Il y a quatre ans, Manon Rivière a commencé à organiser des apéros pour des investisseurs immobiliers à Perpignan. Elle est aujourd’hui à la tête de Gravitimmo, qui dispense conseils et services afin de « booster son potentiel immobilier ». « La multiplication de tout un écosystème de conciergeries autour de la location saisonnière donne une idée de la professionnalisation de l’offre », affirme-t-elle. Gravitimmo gère 130 appartements (rédaction de l’annonce de location sur Internet, fixation des prix, ménage, centre d’appels avec les voyageurs…), qui appartiennent à des multipropriétaires âgés de 25 à 45 ans. « On peut estimer que 30 % d’entre eux vivent intégralement des revenus de leurs locations, avance-t-elle. En plus d’être bien plus rentable que la location longue durée, la location saisonnière protège les propriétaires contre les impayés et la dégradation car le voyageur paie avant d’arriver. »

«Dépanner les voyageurs pour une nuit»

Jean-Carl Michel s’est lancé dans l’aventure en rachetant en 2021 un ancien cabinet d’avocats qu’il a transformé en trois appartements haut de gamme, de 35 à 50 m2 chacun. Coût de l’investissem*nt: moins de 300.000 euros, qui devraient être amortis en moins de quatre ans. « En 2020, mon entreprise dans la rénovation énergétique a fait faillite, raconte-t-il. J’ai mis en location ma maison de Nancy sur de courtes durées. Cela m’a permis de me relancer et d’investir dans des meublés de tourisme. » Il a monté une société civile immobilière (SCI). Ses trois appartements, tous loués en courte durée (sur Airbnb et Booking.com), rapportent jusqu’à 9000 euros par mois.

J'ai accompagné énormément de propriétaires qui vivent aujourd'hui de la location saisonnière en plus de développer leur patrimoine immobilier

Jean-Carl Michel

En parallèle, Jean-Carl Michel commercialise des outils d’amélioration et d’optimisation de la location courte durée pour des investisseurs et des conciergeries. « Airbnb s’est créé avec l’idée de dépanner les voyageurs pour une nuit. Ce n’est plus le cas, insiste-t-il. J’ai accompagné énormément de propriétaires qui vivent aujourd’hui de la location saisonnière en plus de développer leur patrimoine immobilier. »

La rédaction vous conseille

  • Premiers coups de canif fiscaux contre Airbnb
  • JO 2024: Airbnb investit 27 millions d'euros pour renforcer ses effectifs et services
  • Location meublée saisonnière: nos conseils pour bien louer
  • Retrouvez tous les résultats des élections législatives 2024

Sujets

  • Location saisonnière
  • Airbnb
La location saisonnière s’est professionnalisée (2024)
Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Sen. Emmett Berge

Last Updated:

Views: 5915

Rating: 5 / 5 (80 voted)

Reviews: 87% of readers found this page helpful

Author information

Name: Sen. Emmett Berge

Birthday: 1993-06-17

Address: 787 Elvis Divide, Port Brice, OH 24507-6802

Phone: +9779049645255

Job: Senior Healthcare Specialist

Hobby: Cycling, Model building, Kitesurfing, Origami, Lapidary, Dance, Basketball

Introduction: My name is Sen. Emmett Berge, I am a funny, vast, charming, courageous, enthusiastic, jolly, famous person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.